Le Comité Français pour l'Afrique du Sud

COP21 : rappeler les engagements de Nelson Mandela

"Levons-nous ensemble pour faire de notre monde une source durable pour l'avenir de notre humanité sur cette planète."

 Nelson Mandela  (Durban, 4 août 2002)

 


 

La fin de l’apartheid a provoqué une grande onde de choc. Ce fut une immense délivrance, non seulement pour l’Afrique du Sud mais aussi pour la communauté internationale toute entière.

 La nouvelle Afrique du Sud issue des premières élections libres au suffrage universel d'avril 1994 suscitera un immense espoir à travers le monde. Le XXe siècle meurtri s’achevait en donnant naissance, sur le continent africain, à une démocratie pluriculturelle, sans exemple dans l’histoire récente, inspirée par l’une des constitutions les plus protectrices des droits fondamentaux jamais établie.

Il était nécessaire de faire connaître les mécanismes à l’origine d‘une transformation montrée en exemple, où la Commission vérité et réconciliation a joué un rôle essentiel avec la Cour constitutionnelle ouverte aux recours individuels. Un tel modèle était, en effet, étranger au système institutionnel français. Par ailleurs, l’ouverture de l’économie, longtemps bridée par des mesures autarciques et une réglementation discriminatoire au préjudice des Noirs, offrait de fortes possibilités de développement pour l’avenir.

C’est aux fins d’informer sur cette évolution et ses défis que le Comité Français pour l'Afrique du Sud a été fondé en 1997.