Newsletter 09/10

Des relations dynamiques entre l'Afrique du Sud et le Brésil

Lors de la dernière Coupe du Monde, la performance honorable de l'équipe Sud- Africaine, menée par son sélectionneur brésilien, Carlos Pereira, a été signalée. Le lien entre les deux pays apparaît fort dans le domaine du football, puisque le Brésil succèdera à l'Afrique du Sud comme hôte de la prochaine Coupe du Monde en 2014.

Les relations bilatérales ne sont bien entendu pas exclusivement sportives. Le Brésil est ainsi le premier partenaire commercial de l'Afrique du Sud en Amérique Latine, et le rapprochement à travers le football ne fait que traduire une volonté commune d'intensifier la coopération économique et politique.

Le 9 juillet de cette année, le président Lula s'est rendu en visite officielle en Afrique du Sud, après celle effectuée par son homologue sud-africain Jacob Zuma en octobre 2009.

L'agenda de la coopération entre les deux pays contient des programmes portant sur les nouvelles technologies, l'économie, le tourisme, le développement agricole et le développement durable. À cet égard, le Brésil, producteur de biocarburants, porte un intérêt particulier à l'Afrique du Sud, qui dans l'année 2008 en a consommé l'équivalent de 2,5 milliards de dollars, dont 1,7 milliard d'importations en provenance du Brésil.

Cette coopération s'inscrit également dans le cadre de l'IBAS (Inde-Brésil-Afrique du Sud), une alliance, créée en 2003, ayant pour but de renforcer les relations trilatérales mais surtout de peser dans les débats globaux comme porte-parole des pays émergents. Selon Lula, le renforcement des liens entre les deux pays concrétise "l ́affirmation publique que nous croyons aux relations Sud-Sud ".

Fortes critiques sur des projets mettant en cause la liberté de la presse en Afrique du Sud

Alors que Desmond Tutu, prix Nobel de la paix a estimé que les dispositions récemment envisagées en matière de presse n'étaient pas admissibles, une pétition, soutenue par plusieurs centaines d' intellectuels, a été lancée par Nadine Gordimer et André Brink, le 20 août 2010.

Ce texte s'oppose à la création d'un tribunal spécialisé pour la presse (Media Tribunal) qui agirait en réalité comme un organe de censure. En effet, cette juridiction pourrait prononcer des peines à l'encontre des journalistes allant jusqu'à 25 ans d'emprison- nement en s'appuyant sur de nouvelles incriminations à portée très larges inscrites dans un projet de loi intitulé " Protection of information Bill ".

Les principaux éditeurs de la presse écrite ont émis le 8 août 2010 une mise en garde contre de telles dispositions contraires à la liberté d'expression.

Il doit être rappelé que la presse sud-africaine est organisée au sein d'un organe professionnel (Press council), possède un Ombudsman et un code de conduite régulant la profession de manière indépendante.

La situation fragilisée des Roms en Europe

Les Roms, dont la présence en Europe centrale et orientale avait été occultée pendant toute la période de la guerre froide, sont aujourd'hui soumis à des mesures et des pratiques discriminatoires ostensibles.

En outre, récemment en France, pourtant un très ancien pays d'accueil, des expulsions ont eu lieu heurtant le principe de la liberté de circulation et d'établissement qui devrait prévaloir au sein de l'Union européenne.

La Commission européenne a exprimé son inquiétude.

Mais les programmes économiques et sociaux en faveur de Roms conduits par l'Union européenne depuis plusieurs années auront à être profondément réexaminés pour porter tous leurs fruits. Les entraves au droit d'aller et venir à l'intérieur de l'espace européen devront par ailleurs être levées.

Le rapport annuel du Centre pour les droits de l'enfant de l'Université de Pretoria

Le " Centre for child Law " de l'université de Pretoria agit pour la pleine reconnaissance universitaire du droit des enfants, intervient devant les tribunaux en faveur des enfants et transmet ses suggestions aux autorités sud- africaines en vue d'obtenir l'amélioration des textes en vigueur. Il a recours à une vingtaine de juristes professionnels pour suivre les dossiers en particulier auprès des juridictions sud-africaines.

Site Internet : www.childlawsa.com